• EFFRACTION : Collectif de poètes

    des cinq continents

    /Éditions L'Harmattan

     

    contactez-nous

    Centre International de Créations d’Espaces Poétiques

    et de Recherches

    Répondeur Téléphonique

     

    *00 33 143 31 58 67

    *00 33 609 14 07 38

     

     

    adresses électronique

     

    * http://effraction-collectif.strikingly.com

     

    * collectifeffraction5continents@gmail.com

     

    * poesie-sans-mur@netcourrier.com

     

    ou encore

     

    Philippe TANCELIN

     

    * phtan1@orange.fr

     

    Serpilekin Adeline Terlemez

     

    * serpilekinadeline@gmail.com

    Adresse

    Espace l'Harmattan

    21 rue des Ecoles Paris 75005

     

    Métro : Cluny/Sorbonne, Jussieu, Maubert-Mutualité

     

  •  

    Rendez-Vous

    Vendredi 24 novembre2017

    Jean-Pierre Bigeault. Poète et Psychanalyste

    « Poétique de l'éducation »

    Vendredis 19h-21h

    Espace l'Harmattan

    21 rue des Ecoles paris 75005,

    (Métro : Cluny/Sorbonne, Jussieu, Maubert-Mutualité)

     

     

     

     

     

     

     

     

    Veuillez trouver en PJ...
    L'invitation devra être présentée à l'entrée qui se fait par le 74, rue de Vaugirard (cf. plan en PJ - Suivre le fléchage)

    Bien à vous,
    Marie-Christine et Jean-Pierre Bigeault mc.david@efpp.fr

     

     

     

     

  •  

     

    « L'EFFRACTION DES VENDREDIS »

    Cycles de conférences organisés par le

    Collectif EFFRACTION*

    (Collectif de Poètes des 5 continents)

    et les Éditions L'Harmattan

     

    Vendredi 19h-21h

    Espace l'Harmattan

    21 rue des Ecoles paris 75005,

    (Métro : Cluny/Sorbonne, Jussieu, Maubert-Mutualité)

     

    *Ce collectif s'est formé au début de l'année 2015. Face aux propos consensuels qui peuvent se tenir sur la culture les arts et la poésie que certains voudraient "sauveurs d’un monde chaotique", des poètes, des artistes originaires des cinq continents se sont réunis dans le souci de poser la question de la pertinence d’une parole poétique, artistique au cœur de la cité contemporaine. A travers cette expérience collective, ils cherchent à définir les termes de leur claire indépendance vis à vis des mouvements d'opinion issus du traitement singulier et souvent univoque que la puissance médiatique inflige aux événements, les plus anodins comme les plus graves

     

    Programme

     

     

    Vendredi 15 Décembre

    José Vala (poète)

    "Le chant est un art...et une arme"


    Le programme de l'année 2018 sera communiqué courant décembre 2017

     

     

  •  

    EFFRACTION 1

    lectures manifestations créations publications EFFRACTION

    Ce collectif s'est formé au début de l'année 2015. Face aux propos consensuels qui peuvent se tenir sur la culture les arts et la poésie que certains voudraient "sauveurs d’un monde chaotique", des poètes, des artistes originaires des cinq continents se sont réunis dans le souci de poser la question de la pertinence d’une parole poétique, artistique au coeur de la cité contemporaine. Ils cherchent à travers cette expérience collective à définir les termes de leur claire indépendance vis à vis des mouvements d'opinion issus du traitement singulier et souvent univoque que la puissance médiatique inflige aux événements, les plus anodins comme les plus graves.

    C'est dans cet esprit qu'ils ont pris le nom de "Collectif effraction" , (au sens littéral du terme) : tel un surgir avec force contre ce qui limite, clôture, interdit tout libre accès...

    Quelle autre langue plus débordante, commettant effraction dans les territoires dominants du verbe, que la poésie! Quelle urgence plus grande que d’écrire poétiquement notre monde, aujourd’hui en tous ses états…et de confronter cette écriture à la langue sécuritaire de plus en plus écrasante.

    Depuis une telle dynamique qui s’est développée au long de réunions régulières, les poètes et artistes ont conçu puis réalisé un premier ouvrage collectif intitulé ("Effraction1; s/s titre : "fragments et lambeaux"), dont on pourra lire ci-dessous des extraits de la préface :

     

    "Des femmes, des hommes sont montés de nos mémoires, contre nos oublis, ils sont apparus en cohortes de fragments surgis de l'antiquité de leurs dits, leurs écrits pour croiser les nôtres aujourd'hui et co-signer avec nous, cette belle « effraction » de la pensée dans le convenu des opinions- expressions que tisse au quotidien le discours médiatique sur l'actuel.

     

    Dès lors pas de prétention à révéler, vouloir éclairer, dévoiler les maux de ce jour, de notre époque, d'une période difficile et de détresse mais l'unique désir collectif et fragile de tenter d'accueillir à plusieurs ces signes de haute lucidité que nous adresse depuis la cité, l'humaine histoire contemporaine par ses actualités les plus subtiles comme les plus tonitruantes.

     

    Aux « fragments » des sages d'hier qui se sont élevés et ont retenti au long des siècles comme un lancer d'espoir en étonnante résonance avec notre actualité, succèdent ici nos « Lambeaux » comme autant d'arrachés de chair vivante à nos corps d'écritures. Ils se voudraient intègres

    et sans compromis avec les propos invariants qui scandent des événements parfois bouleversants. Ils s'offrent lueur d'espoir dans l'obscurité des augures de faux prophètes.

     

    Nous n'avons pas fait ici le choix de la quiète construction d'un discours autorisé qui se croirait averti du monde. Nous avons dressé le pari plus risqué de l'effraction de nos propres corpus d'opinion, de réflexion sous l'urgence de ce souffle du poème en sa quête de beauté par l'écrire, le dire, le chanter d'un monde autrement attendu et voulu…»

     

    … Que le lecteur déambule à sa guise à l'intérieur de chaque partie de ce recueil ou sursaute de l'une à l'autre, nous lui souhaitons heureuses rencontres à travers tous les temps et continents d'expression.

     

     

  • Productions

    Publication

    Ce livre est composé de deux parties ,l'une regroupant de courtes citations d'auteurs de référence dans la mémoire de la dignité humaine, l'autre partie constituée de textes des poètes du collectif, soucieux de résonner avec cette mémoire, depuis une posture éhique-critique vis à vis du monde contemporain en ses actualités obscures.

    Le cours du collectif

    Réunions

     

    Le collectif se réunit une fois par mois dans des lieux différents, au gré des affinités naissantes.

    Il y débat de façon continue sur la place du poète dans la cité et réfléchit sur les modes d'interventions-créations-lectures les plus opératoires dans le contexte actuel de la présence et de l'acte poétique.

    Un compte rendu détaillé est rédigé à l'issue de chaque réunion

    Le prochain collectif se tiendra le 13 mars à Paris sur :

    les modalités de diffusion du livre,

    le devenir du collectif

    débat sur l « l'urgence du poétique dans la cité sous tous ses états »

     

    Propositions

    Chroniques des temps présents

    Il s'agit de textes non poétiques de réflexion, témoignage, opinion rédigés par les poètes au regard des événements du temps présent.

     

    Poèmes dans la citée

    Textes poétiques en rapport avec « les choses de la cité »

     

    Les imaginations collectives

    Propositions « déréalistes pragmatiques » d'intervention

    ou la révolte de se raisonner

  • Poètes du Collectif EFFRACTION et leur

    Univers

    Photos et Présentations des Poètes du Collectif EFFRACTION

    en quelques lignes

     

    Philippe Tancelin

    est poète et philosophe, professeur émérite de Philosophie esthétique de l'Université Paris8.

     

    Fondateur avec Geneviève Clancy et Jean-Pierre Faye du CICEP ( Centre International de Créations d'Espaces Poétiques), auteur d'une trentaine d'ouvrages de réflexion esthétique et de recueils de poésie.

    Directeur de Collections de Poésie aux éditions l'harmattan,

     

    il anime des ateliers de création poétique et est traduit dans une dizaine de languesDerniers ouvrages aux éditions l'harmattan: "Poéthique de l'urgence",(2012) "l'ivre traversée de clair et d'ombre"(2013) , "Seuils"(2014) et aux éditions du CICEP: "Au large de l'éphémère" 2014"cet insoupçonné levant ed. L'harmattan 2015 / A fleur de clarté. Ed Unicité

     

      José MUCHNIK  Poète et anthropologue, né en Argentine dans une quincaillerie du quartier de Boedo de la ville du Buenos Aires, quartier où ses parents, immigrants russes dans ces terres, avaient jeté l’ancre. Docteur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, spécialisé dans l’étude des cultures alimentaires. Membre fondateur du groupe « Traversées Poétiques », correspondant du journal « Generación Abierta » à Paris, membre du comité de lecture de la revue « Souffles ». Il a publié des nombreux ouvrages de poésie, parmi eux : « 100 Ans de Liberté et Coca Cola », éd. L’Harmattan France ; « Amazonie j’ai vu », éd. Bilingue (espagnol-français), éd. Louma, Montpellier ; « Calendrier poétique 2000 », éd. Octares Toulouse ; « Le Grain, le cœur et le mot », Anthologie de poésie africaine sur les nourritures, éd. Feu de Brousse-Sénégal / Cirad-France ; « Traversées Poétiques, poètes argentins d’aujourd’hui », compilation, éd. bilingue L’Harmattan France, « Critique poétique de la raison mathématique », éd. bilingue L’Harmattan France ; Sefikill : « Serial financial killers, palabras para el nuevo milenio », éd (en espagnol) CICCUS, Argentine ; « Josecito de la ferretería », éd (en espagnol) CICCUS, Argentine 

     

     

    Caractère réciproque

     

    Si b égal c

    c n’est jamais égal à b

     

    Rien n’est réciproque

     

    Si pluie égal vie

    Si oiseau égal tendresse

    Si couteau égal haine

     

    Pas de chemin de retour

     

    La haine ne revient pas au couteau

    Ni l’oiseau à son vol

    Ni la vie aux martyrs

     

    Rien de réciproque

    tout asymétrique

     

    Mon visage dans le miroir

    n’est pas mon visage

     

    Ce regard fugitif

    ne reflète pas mes prunelles

     

    Ces lèvres étui

    n’abritent pas ma voix

     

    Ces rides simili cuir

    traduisent d’autres douleurs

     

    Ma main dans le lac

    n’est pas ma main

     

    J’ignore où elle plonge

    ni pourquoi elle se mouille

    si elle cherche un désir

    un éventail papillon

    ou des rêves enfouis

    dans le lit du fleuve

     

    La clé dans l’œil

    n’est ni ma clé

    ni mon œil

     

    Rien de réciproque

    tout asymétrique

     

    Les exceptions existent

    je crois aux miracles

     

    Lorsque regard égal amour

    vies retournent aux sources

     

    José Muchnik

    (extrait de « Critique poétique de la raison mathématique, ed. L’Harmattan )

     

    Traduction de l’espagnol (argentine): Sara Yamila Muchnik, Yann Henaff

     

    * Dominque Vital

                 

    Á toi

    Je m’amuse de vivre

    Je m’amuse d’être

     

    Et le temps

    blanchit mes illusions

    et mes rêves de toujours

     

    Et toi

    que j’aime, que j’aime

    et que le vent m’emporte

    dans notre amour,

    dans notre silence.

     

    Je m’amuse d’être libre

    et avec toi toujours.

     

    L’art nous berce

    et l amour nous rassemble

    et promène

     

    Je m’use de me ressembler

    sinon de rassembler.

     

    Je m’use de n’être que moi,

    avec nous en plus.

     

    Je m’use de vivre.

     

    Dominque Vital

     

     

     

     

    Jean-Claude PIERRE

     

    "Né en 1944, ancien professeur de Lettres, j'ai déjà publié chez L'Harmattan.

     

    10 recueils dont le dernier " A propos du nombre d'or, enquête dans un cercle d'intimes", en mars de cette année. Je vis la moitié de l'année, aux temps chauds, en Grèce qui est ma patrie d'adoption.

    Cette terre d'élection est une source d'inspiration importante, mais l'assassinat de mon père par les nazis le 3 mai 1945, et l'histoire personnelle de ma mère, chassée d'Italie par le fascisme, représentent pour moi des pôles constants de mon écriture. Sous le soleil éclatant de l'été, la tragédie n'est jamais loin, et ce ne sont pas les Grecs qui me contrediront."

    L’an prochain…

    parJean-Claude PIERRE

    https://uploads.strikinglycdn.com/files/c2cc56d6-3e52-4e93-b102-f4691034ea68/-1920592656.doc?id=62267

    José Vala

    Porteurs de Voix...

     

    Porteurs de voix

    Conteurs de l'ambre fontaine

     

    Tisserands du point de croix

    Sur le fil de l'âme terrienne...

     

    Porteurs de croix

    Forgerons de brèves flammes

    Sur le brasier entrelacs

    D'une étincelle pyromane...

     

    Ils chantent l'urgence

    Sans armes, à nues mains

    En lettres d'absence

    Sur les murs d'incertain...

     

    Porteurs de voix

    Trouvères à l'aube des mots

    Arlequins au fil d'émois

    Sur la danse vive de l'écho...

    2

    Porteurs d'émois

    Funambules de l'in-écrit

    Sur les pages des sans voix

    Aux lignes offensées d'interdit...

     

    Ils gravent l'urgence

    En fragrances délits

    De mots résistance

    Sur les murs insoumis :

    Polychromes transes

    Dithyrambiques cris...

     

    José Vala

    jeudi, 30 juin 2016

     

     

     

     

     

    Libertà per tutti (Amnistia)...

     

    Frères, amis, forces en lutte,

    L'aube, sans fin, arme la sève

    De la terre épandue de chants

    A la gloire de la Testa Mora...

     

    Libertà, libertà

    Libertà per tutti...

     

    Forces vives refusant le joug,

    Frères de notre amie Liberté,

    Résistons à la force brute

    Qui en ses fers veut vous bâillonner...

     

    Sentinelles de fraternité,

    Militants de la juste cause

    L'exil en prison a trop duré

    Votre libération s'impose...

     

    Libertà, libertà

    Libertà per tutti... i prighjuneri...

     

     

    José Vala

    Alter écho...

     

    Aux gardiens du temple décrépi,

    Maraudeurs de feu l'humanité

    Aux seigneurs féodaux du profit

    J'adresse mon chant de traversées...

    Ecris-moi, écris-moi

    L'âme séculaire du sang

    Ecris-moi, écris-moi

    Un arbre de vie hors du temps...

    Aux serpents de terres sans lune

    Enchanteurs de l'esprit nudité

    Aux faucons ailés de rancune

    Je lance mes salves déclarées..

    Ecris-moi, écris-moi

    A l'encre du livre jetée

    Ecris-moi, écris-moi

    L'histoire du lieu vérité

    Aux sirènes grimées en limaces

    Rampant leur bave sur des ruines

    Aux maîtres laquais de rapaces

    Je plante mes silex d'épines...

    Ecris-moi, écris-moi

    Les songes d'un lac arc en ciel

    Ecris-moi, écris-moi

    Des torrents aux brumes de sel...

    Aux marcheurs de luttes désarmées

    Guerriers à la solde de l'humain

    Aux porteurs du drapeau liberté

    Je lance les œillets d'un matin...

    Ecris-moi, écris-moi

    Les griffes délivrées du sang

    Ecris-moi, écris-moi

    La douleur de l'arme serment...

     

    Ecris-moi, écris-moi

    Un éclair de folie sans fin

    Ecris-moi, écris-moi

    L'orage en salves d'airain...

     

    Ecris-moi, écris-moi

    Un monde libre frontière

    Ecris-moi, écris-moi

    Les luttes de l'Île-mère...

     

     

    José Vala

    samedi 30 juillet 2016

     

    Lacrima Blues...

     

    Une marée, noyée dans la nasse,

    Un slogan lancé, mots en tir tendu,

    Une éruption gazée, dans l'impasse...

    Et le peuple qui impose sa rue...

     

    CRS... CRS...

    Colonie Répressive et Sauvage,

    Quand l'air se met à la bourrasque,

    Que les pavés sonnent l'orage,

    Lève ta visière et brise ton casque...

     

    Un pavé d'essence en combustion,

    Une course entredéchirée de cris,

    Un idéal matraqué, en fusion,

    Et le peuple qui embrase la Vie...

     

    Une vague, césure en suspension,

    Poings érigés, canons libertaires,

    Le flot humain de danses translation

    Habite l'arme de sa colère...

     

    CRS... CRS...

    Colonie Répressive et Sauvage,

    Quand l'air se met à la bourrasque,

    Que le pouvoir t'incite au carnage,

    Déserte ce corps de lugubres masques...

     

    La rage au bout des projectiles

    En tête du fleuve d'in-espoir

    Les mouvements en syncopes d'argile

    Résisteront aux laquais du pouvoir...

     

    Et leur larmes se fondront en acier

    Leur rage en millions d'arquebuses

    Leurs flèches auront l'éternité

    Des pierres que le sang transfuse...

     

    vendredi 6 mai 2016

    mercredi, 24 août 2016

    * Serpilekin Adeline Terlemez,

    écrivaine, traductrice, docteur en esthétique, science et technologie des arts, spécialité théâtre de Samuel Beckett - Université Paris 8, membre du CICEP, a fait sa maîtrise sur le théâtre de marionnettes, Relation marionnettes–marionnettiste, dans le département de théâtre de l’université d’Ankara. Ses activités se concentrent autour de la rencontre des langues et des cultures au sein de la poésie et du théâtre. Elle est l’auteur de : Le théâtre innommable de Samuel Beckett, L’Harmattan 2012 ; Mon ombre et moi, L’Harmattan 2013, Âmes du cosmos, L’Harmattan 2015.

     

    Âmes du cosmos


    Le cosmos est composé des opposés dans sa totalité,
    Il se trouve soumis au changement de l'un qui donne l'autre. Le cosmos où l’âme est en mouvement
    n’est pas limité
    dans son immortalité. Le cosmos où l’âme se croit triste
    n’est pas hospitalier
    dans sa férocité.
    Le cosmos où l’âme erre sans espoir
    n’est pas avenant
    dans sa rugosité.
    Le cosmos où le corps n’a pas de sentiment
    demeure sans âme
    et l’âme sans le corps cherche ses sensations.
    Tout change dans l’univers sauf le changement
    et encore le dépaysement,
    le bouleversement,
    le déracinement,
    le déchirement,
    l’empêchement.
    Dans son immortalité, le cosmos donne la mortalité aux enfants, aux âmes innocentes, aux âmes inoffensives, aux âmes heureuses, aux âmes amoureuses, aux âmes merveilleuses, aux âmes généreuses, aux âmes immortelles.
    Dans sa totalité, le cosmos est composé des opposés,
    il se trouve soumis au changement de l'un qui donne l'autre :

    la naissance donne la mort tout comme la guerre.
    L’ âme mortelle du cosmos se révolte dans sa conviction immortelle.
    Tout change dans le cosmos sauf le changement :
    l’arbre coupé ne tombe pas
    l’amoureux blessé ne pleure pas le coeur en flamme ne brûle pas
    l’humanité atteinte dans sa dignité ne s’éteint pas
    l’âme en détresse ne meurt pas.
    Les âmes du cosmos se mobilisent,
    marchent ensemble,
    les âmes du cosmos se réunissent,
    se donnent la main,
    se donnent le coeur,
    les âmes mortelles du cosmos se révoltent contre l’injustice immortelle.
    Tout change dans le cosmos sauf le changement :
    l’arbre coupé ne tombe pas
    l’amoureux blessé ne pleure pas…
    L’âme défaite ne cède pas.
    L’âme du cosmos résiste…

  • EFFRACTION 1

    Fragments, lambeaux
    Collectif de Poètes des cinq continents
    Philippe Tancelin, Bela Velten
    Poètes des cinq continents
    LITTÉRATURE POÉSIE EUROPE France

     

    A l'heure des obscurantismes féroces, le rappel, à travers les millénaires culturels de sourires et fragments de sagesse vient ici comme une heureuse fortune soutenir la lucidité de poètes et écrivains contemporains. Il les exhorte à une présence urgente, une vigilance rieuse dans la cité moderne. Ce recueil tissé de la résonnance entre les écritures les plus anciennes et celles d'aujourd'hui, procède de cette mémoire collective vivante qui trace sur le chemin d'histoire une éternelle pensée poétique du devenir.

  • ÉDITEUR

    Chronique du Temps Présent

    Cette rubrique vous est ouverte à toutes et à tous qui par la voie du poème, entendez faire entendre dans la cité, la voix humaine du refus du mépris, de l'iniquité, de la marginalisation, précarisation, expulsion qu'impose à travers le monde, l'univers des nantis. La cité nous doit d'exister comme espace de libertés, nous devons à la cité de nous exprimer dans l'urgence du maintien de ces libertés. Lorsque la langue de communication n'est plus qu'une langue d'ordre et de soumission aux places financières de la parole et à la marchandisation de la création, il faut inventer une autre langue, un autrement parler, un autrement écrire, étrangers, pour un autrement penser la vie, son quotidien. La langue poétique peut être cette langue étrangère dans chaque langue afin que s'écoute, se lise, se vive une autre existence plus attentive et soigneuse de l'Être. Le poème est notre peuple dont l'appartenance de tous à lui, est la chance d'une société autre, en devenir, grâce à l'allégresse d'un pas à pas utopique-critique que nous ferons ensemble Poètes témoigne du refus éthique de se résigner à une certaine obscénité du cours mondialisé de l'histoire....Ce témoignage est l'œuvre du poème que nous écrirons sans fin Pour une chronique du temps présent“ A propos de manifestations culturelles artistiques de soutien aux peuples en lutte. Par les temps d’inquiétude et de cruelle injustice que traversent des peuples entiers en proie au cynisme des puissances d’argent, aux desseins criminels de colonialismes de tous poils, à l’impunité des inquisitions du libéralisme, comme il est pénible et souvent douloureux de voir

    Détournées et récupérées les manifestations du beau de justes causes. C’est ce dont nous avons été témoins ces temps derniers à travers des initiatives affichant leur soutien à des artistes palestiniens, syriens, grecs en lutte pour la sensibilisation aux souffrances vécues par leur peuple.

  • Chronique du Temps Présent

     

    Aux Universitaires de Turquie

     

    A l'heure où nous apprenons la radiation en Turquie de près de quatre mille universitaires et en particulier de nos collègues des enseignements artistiques de l'Université d'Ankara, nous tenons à exprimer à tous notre profonde indignation et notre solidarité devant l'arbitraire qui les frappe honteusement.

    Notre pensée va vers vous. Elle est autant chargée de compassion que d'espoir en d'autres jours prochains, grâce auxquels vous saurez recouvrer les libertés fondamentales de pensée et d'expression propres à vos qualités de femmes et d'hommes, héritiers d'une grande culture et promoteurs de valeurs intellectuelles et morales, indispensables au devenir de l'intelligence humaine contemporaine.

    Pour avoir à une époque récente, accueilli personnellement dans mon université, nombre de vos étudiants venus des départements d'enseignements artistiques, j'ai pu prendre toute la mesure de la dimension pédagogique d'ouverture au monde et ses cultures que vous aviez su leur proposer et combien de jeunes qui avaient suivi vos enseignements à Ankara et dans d'autres universités de votre pays, étaient alors les mieux disposés au déploiement d'une relation originale et riche entre leurs propres sources culturelles et celles de l'Europe.

    L'université que vous avez servie par vos enseignements et vos recherches s'est ainsi placée au rang de docte membre de la communauté internationale de la recherche.

     

    Les terribles moments que vous traversez et qui voient votre intégrité autant que votre légitimité, bafouées, nous concernent tous et nous affectent gravement.

    Nous sommes de tout cœur à vos côtés et joignons notre voix à la vôtre pour exiger au nom de la liberté de la communauté humaine d'intelligence et de création, votre réintégration dans les fonctions pédagogiques et de recherche qui vous étaient confiées.

     

    Bien fraternellement

     

    Philippe TANCELIN

    Poète-Philosophe

    Professeur émérite d'Esthétique du théâtre

    (ancien Directeur du Département Théâtre)

    de l'Université de Paris8

    10 février 2017

    ********************************************

    A l'actuel...

    Nous avons besoin de beauté
    de soleil pénétré des clartés intérieures
    d'une liaison en toute simplicité avec le juste
    de présence à visage d'éternité
    d'une saison d'absolu

     
    Nous exigeons du regard posé sur les choses
    qu'il aborde leur infranchi
    que le sens accompli des vérités
    tremble à chaque ligne d'une autre histoire
    et que les murs qui se dressent entre les solitudes
    reviennent en cendres depuis les hauteurs du partage
     
    Nous sommes impatients de réalités subtiles
    nous brûlons de cette fièvre des mots parlant la langue des bannis
     
    Nous avons urgence d'horizon au bout de chaque doigt
     
    Nous entendons de la lumière qu'elle ne quitte plus l'étreinte
    avec nos puits de courage..."

    5 février 2017

    Philippe Tancelin

     

    texte conférence-effraction: "corps de l'artiste "

    (Jean-Pierre Bigeault. Poète et Psychanalyste)

  • Porteurs de Paroles

     

    Poètes francophones pour une paix universelle.

    https://youtu.be/sHcITm_4c5o

     

    ***********************************

    29 -30 novembre 2016 Extraits de 24h de poésie pour la paix universelle à l'hôtel Istria 29 rue campagne première Paris 14 par Philippe Tancelin Pablo de Poblette Mario urbanet

      https://goo.gl/photos/QPDHvUZDJ3E8TnLZ6

     

     


     

     

      

  • Publications des Membres du Collectif EFFRACTION

    Philippe Tancelin A fleur de clarté Editions Unicité

    2016

    La connaissance ignore autant sa force que sa fragilité. Chacun des pas franchis qu'elle croit achevé hésite à la venue de l'autre. Ainsi, le chemin de vie doit-il consentir à son inattendu. C'est pourquoi se croisent ici les mots du poète avec le sens d'une histoire en perpétuel devenir où chacun est sans cesse déplacé pour son plus grand étonnement, toujours à fleur des choses.

     

  • Poètes dans la cité:

    Cette rubrique vous est ouverte à toutes et à tous qui par la voie du poème, entendez faire entendre dans la cité, la voix humaine du refus du mépris, de l'iniquité, de la marginalisation, précarisation, expulsion qu'impose à travers le monde, l'univers des nantis. La cité nous doit d'exister comme espace de libertés, nous devons à la cité de nous exprimer dans l'urgence du maintien de ces libertés. Lorsque la langue de communication n'est plus qu'une langue d'ordre et de soumission aux places financières de la parole et à la marchandisation de la création, il faut inventer une autre langue, un autrement parler, un autrement écrire, étrangers, pour un autrement penser la vie, son quotidien.

    La langue poétique peut être cette langue étrangère dans chaque langue afin que s'écoute, se lise, se vive une autre existence plus attentive et soigneuse de l'Être. Le poème est notre peuple dont l'appartenance de tous à lui, est la chance d'une société autre, en devenir, grâce à l'allégresse d'un pas à pas utopique-critique que nous ferons ensemble.

    « Poètes dans la cité » témoigne du refus éthique de se résigner à une certaine obscénité du cours mondialisé de l'histoire....Ce témoignage est l'oeuvre du poème que nous écrirons sans fin

  •  ARCHIVES * 

    L Effraction des Vendredis Textes-Vidéos-Photos-

    *LIENS

    *Interview* EXTRAITS*GALERIE

All Posts
×